Le voyage en solo quand on n’est pas aventurière

par Claironyva

On m’interroge souvent sur le fait que je voyage parfois en solo. Les questions sont diverses et variées et j’entends le plus souvent les phrases suivantes :

  • Je t’admire, jamais je ne pourrais partir seule.
  • Tu n’as pas peur ? Ça craint un peu pour une fille de partir seule, non ?
  • Pour moi voyager, c’est partager avec quelqu’un, je ne comprends pas que l’on ait envie de partir seul.
  • Tu ne t’ennuies jamais ?

Je vais essayer de répondre à toutes ces questions, et bien sûr, cet article est purement subjectif et ne tient compte que de ma propre expérience !

Alors le voyage en solo, on y va ?

Pourquoi voyager en solo ?

L’envie de voyager plus forte que tout

Personne n’est disponible au moment où l’on veut partir

Alors en fait, j’ai deux « problèmes », j’ai beaucoup de vacances et j’aime planifier longtemps à l’avance. En face, mon entourage a souvent beaucoup moins de congés, ce qui peut jouer sur l’incompatibilité de la durée du voyage souhaitée : « ah oui ça aurait été chouette, mais il ne me reste pas assez de jours ».

Ceci combiné à mon addiction à l’achat de billets d’avion jusqu’à 9 mois avant de partir, ça donne ça : « Ouhlala ça fait trop loin là, je ne sais pas si je pourrai poser des congés, et d’ici là… ».

Et comme je viens de le signaler, la réservation de billet est une addiction pour moi. Du coup, j’en suis venue à me dire que j’allais réserver et je verrai ensuite si quelqu’un a envie de venir avec moi ! Cette solution s’est vérifiée pour mon séjour à New York, une copine s’est décidée mi-juillet pour partir fin août !

New York Arrivée à Times Square ! Claironyva
1er soir à Time Square, partie avec une copine au dernier moment !

Les goûts et les couleurs… sans compter la question du budget

Bon dans mon cas, c’est plus souvent le point précédent (la disponibilité) qui fait que je parte seule. Mais d’autres éléments peuvent entrer en ligne de compte comme les envies de destinations différentes, des envies de fiesta et grasses matinées quand vous avez envie de profiter à fond de la journée à vous balader. Ce qui amène au fait que certains aiment marcher et d’autres non, et en y réfléchissant la liste peut-être longue !

Et LA question : le budget ! Surtout quand j’ai commencé à voyager, certains de mes amis n’avaient pas encore de boulot stable. Ensuite il y a le train de vie de chacun : auberge de jeunesse ? Hôtel ? Salle de bains à partager ou non ? Un logement un peu plus cher mais bien placé ou moins cher quitte à s’éloigner ?

L’avantage quand on part seul, c’est qu’on est d’accord avec soi-même ! Envie de rester au lit ou de me lever à 5h du mat, peu importe ! Une petite sieste digestive ou une longue balade, je choisis ! Certains diront que c’est égoïste, oui, peut-être ! D’un autre côté, ces vacances, vous bossez pour vous les offrir et parfois, mieux vaut être seul que mal accompagné comme on dit !

On a tous entendu des amis raconter une mauvaise expérience de voyage entre copains/copines, soit qui leur est arrivée, soit qui est arrivée à une de leurs connaissances. Parfois, voyager seul, c’est aussi préserver ses amitiés !

En solo à Budapest
Solo à Budapest avant de rejoindre un ami à Belgrade pour quelques jours

Se retrouver et parfois même se découvrir !

Voyager seul(e) peut aussi représenter un challenge, un défi ! Une jolie façon de se prouver à soi-même que l’on peut se débrouiller, seul dans un pays qui n’est pas le sien (ou même un département de France qui n’est pas le sien).

Surmonter un choc des cultures, arriver à se faire comprendre, retrouver son chemin… Et si on se perd ? Dans ce cas là, le challenge peut être d’aller vers quelqu’un pour demander de l’aide.

Je me suis découverte un bon sens de l’orientation en général et je n’hésite maintenant plus à demander mon chemin si j’ai la sensation de faire fausse route.
Pour la petite histoire, je me suis faite recalée une fois à Belgrade. Je me baladais pendant que mon ami était au travail. Perdue, je montre mon livre qui a une carte imprimée à l’intérieur à une jeune femme… Elle m’a détaillée des pieds à la tête et est partie… Elle pensait peut-être que j’essayais de lui vendre quelque chose ! Je ne me suis pas découragée et ai obtenu le renseignement désiré dans une boutique !!

Claironyva Belgrade quartier Zemun Tour du Millénaire
La tour que je cherchais à Belgrade ! Mon 1er râteau !

Le voyage seul pour prendre du recul

Se balader seule et loin de tout ce qui est familier me permet aussi de prendre du recul sur ma vie. Une certaine époque en particulier a été très difficile pour moi, et le voyage était aussi un moyen de fuir un quotidien qui pesait lourdement sur mes épaules.
C’était très chouette d’un coup, de pouvoir être quelqu’un de tout neuf, là où personne ne vous connaît et ne connaît vos soucis, pas de pression, juste aller de l’avant jusqu’à l’étape suivante du voyage.

Bien sûr, j’essayais de ne pas oublier qu’il fallait prendre l’avion pour le retour !

Où partir pour mon premier voyage en solo ?

La sécurité, un critère qui pèse dans la balance

La sécurité est LA question qui revient le plus lorsque je parle de mes voyages seule. Cette question est je pense beaucoup plus posée aux filles voyageant seules qu’aux garçons.
J’explique alors plusieurs choix que je fais pour éviter les situations à risques.

Se rassurer soi et rassurer ses proches aussi !

Le choix de la destination, ça compte. Le site diplomatie.gouv que certains jugent parfois beaucoup trop alarmant, permet tout de même d’être au courant de l’actualité politique ou encore climatique des pays dans lesquels je pars.
En solo, je pars le plus souvent dans des capitales européennes ou même en France.
Question sécurité, ce n’est pas compliqué, j’aime profiter de la lumière du soleil pour visiter, et je suis souvent crevée le soir. Je ne sors pas faire la java en solo et je ne m’aventure pas vraiment n’importe où.

Il faut se sentir à l’aise soi-même sur la destination pour rassurer ses proches. Comme je le disais dans le titre de cet article : je ne suis pas une aventurière !
Un exemple tout bête : le Mexique. Je ne me sentais pas à l’aise à l’idée de louer une voiture pour faire le tour du Yucatan… J’ai donc testé le voyage organisé ! Un voyage pas tellement en solo au final du coup, avec des inconvénients, mais aussi de chouettes rencontres sans oublier les sites magnifiques !

Mon premier voyage seule ? Le Japon !

Choisir sa destination pour un premier voyage en solo peut être à la fois une évidence et un vrai casse-tête. Pour moi, c’est l’option un, je rêvais de partir au Japon et je m’étais dit qu’avant mes 30 ans, j’irai.

Mon CDI en poche juste après mon master, à l’âge de 23 ans, j’ai simplement attendu d’avoir assez de congés pour m’envoler. C’est en février 2010, que je suis partie au pays du soleil levant.

Je me souviens encore de ce sentiment à l’atterrissage : le cœur un peu noué par l’émotion, celle de me dire « Je l’ai fait. J’y suis », mais aussi celle qui me chuchote « J’aimerais tellement pouvoir partager cette joie avec quelqu’un. ».
L’air de rien, tout s’enchaîne très vite : récupérer sa valise, les formalités, puis prendre le train/metro… Et la joie de voir le nom de l’hôtel sur un grand immeuble face à la gare à Osaka !

Ce voyage n’était pas vraiment complètement en solo ; je l’ai été la première semaine, puis rejointe par un ami d’enfance. Et c’était sans compter la rencontre avec une famille d’Australiens qui a passé deux jours avec moi !

Je retourne d’ailleurs au Japon en solo en 2020, un peu comme un pèlerinage. Ce sera l’occasion de vous parler de cette expérience en 2010 plus en détail !

Comment ne pas s’ennuyer ni se sentir seul quand on voyage en solo ?

Planifier son voyage

Outre le fait que me plonger dans le voyage des mois avant de partir est une addiction, m’organiser m’aide à me rassurer. En effet, je réalise à chaque fois un fichier Excel dans lequel je cale un planning approximatif et le budget du séjour.

Au final, je ne suis jamais vraiment le planning à la lettre : la météo, une rencontre, ou une évaluation trop large du temps qu’il me faudrait pour certaines visites font que j’improvise toujours un peu sur place.
C’était le cas à Séville, en mars 2018, où il a fait un vrai temps de chien : les parcs étaient fermés, mon parapluie tout neuf s’est retourné 25 fois en 15 minutes et n’a pas survécu à sa première journée d’utilisation ! Que faire alors ? Et bien profiter du marché couvert et de sa bonne ambiance pendant qu’il pleut des cordes par exemple (genre jusqu’à 17h à papoter avec des clients), braver la pluie pour profiter du street art ou aller voir un spectacle de flamenco !

Livre, tablette, moments de détente connectés ou non

En voyage, je ne suis pas tout le temps dehors à visiter ou me balader. Parfois vous essuierez une pluie torrentielle, ou vous serez KO à cause d’un gros rhume.
Dans ces cas là, j’aime lire le guide de la destination que j’ai pris pour vérifier les endroits à visiter dans les prochains jours ou les restos. Prendre un bouquin de poche est également devenu une habitude, et puis sur la tablette ou le téléphone, j’ai deux trois jeux qui occupent bien que ce soit avant d’aller au lit ou à l’aéroport !

madrid-claironyva-Circulo de bellas artes - azotea
A peine arrivée à Madrid, je prends mon petit déjeuner au soleil avec mon bouquin !

En parlant de connexion, plutôt facile de rester en contact même loin de nos proches !

Si jamais je me sens seule pendant mon voyage, il est maintenant très facile, d’appeler ou dialoguer avec mes proches grâce à la magie d’Internet.
En Europe, c’est très simple, on a exactement le même forfait partout, à l’étranger, cela dépend de votre opérateur, vous pouvez sinon utiliser le wifi ou acheter une carte sim !

Un petit coup de blues, hop un petit message, une photo envoyée à sa famille ou ses amis et on repart !! Vous ne serez pas vraiment seul au monde dans votre nouvelle destination !

Les rencontres en voyage solo : 3 exemples qui réchauffent le cœur

Les Australiens au Japon

Comme je vous le disais, le Japon était ma première destination en solo. Le 3ème jour, je me rends en train visiter le château de Himeji. Sur le quai de la gare, une famille de touristes un peu perdue me montrent leur billet écrit tout en japonais alors que le mien était écrit en anglais.

Je les retrouve finalement à Himeji et me voyant seule et ayant à peu près l’âge des jumelles, ils me proposent de faire la visite ensemble. La journée en leur compagnie était vraiment sympa, j’ai pu pratiquer mon anglais et de la visite du château, je me suis retrouvée à leur faire visiter Osaka.

L’histoire ne s’arrête pas là !

Le lendemain, je partais pour Nara et ils avaient l’air intéressés. J’ai eu la surprise et la joie de les voir sur le quai de la gare ! Ils étaient sensés aller à Kyoto mais ont décidé de venir passer la journée avec moi puis retourner récupérer leurs affaires à Osaka puis aller à Kyoto !

Une belle rencontre que je n’aurai certainement pas faite si je n’avais pas été seule. Je pense que c’est d’ailleurs le cas pour les histoires qui vont suivre. Peut-être que d’être une fille voyageant seule attire aussi plus la curiosité d’autres voyageurs.

Les Canadiens en Italie

Ce voyage est un des meilleurs que j’ai fait en terme de rencontres. A Rome, des grands mères d’Arles sur Tech dans le bus touristique, et à Positano, une famille de Canadiens !

J’avais croisé ces derniers plusieurs fois dans les bus que j’ai pris ces jours là et ils m’ont proposé de venir à la plage avec eux boire un coup. Nous avons passé un après-midi super sympa et il se trouvait que c’était Thanksgiving alors ils m’ont invitée à manger !

L’histoire ne s’arrête pas là !

Nous sommes restés en contact et 3 ans plus tard, je suis allée les voir quelques jours juste après mon séjour à New York !! J’ai passé 4 superbes journées avec eux, des chutes du Niagara à Toronto !

Niagara Cover Claironyva
Les chutes du Niagara avec Sheri et Matt de bon matin !

La Berlinoise à Amsterdam

Encore une belle rencontre, celle d’Ina, rencontrée dès le premier soir alors que je rentrais du restaurant. Elle m’a demandé son chemin et comme nous avancions dans la même direction, nous avons papoté. Elle rendait visite à un ami et m’a proposé de venir boire un verre avec un groupe d’étudiants Erasmus.

Nous avons décidé de faire notre vie le matin et de nous retrouver tous les jours vers midi pour visiter ensemble, manger un bout, puis rejoindre son ami et poursuivre la soirée. Au final, je ne voyageais donc plus qu’à moitié seule !

L’histoire ne s’arrête pas là !

Ina et moi sommes toujours en contact et je suis allée lui rendre visite à Berlin l’année qui a suivi notre rencontre ! J’ai visité les monuments les plus connus pendant qu’elle travaillait et elle m’a guidée dans les quartiers qu’elle apprécie.

Le mot de la fin : on n’est jamais seul quand on voyage !

Si vous hésitez à partir seul(e) en voyage, j’espère que cet article aura répondu à quelques unes de vos interrogations. Il en va de même si vous avez peur pour un proche qui part seul ! Procédez par étapes et à votre rythme !
N’oubliez pas que l’on peut aussi se régaler lors d’un séjour à moins de 2h de route de chez soi, ça peut être un début !
Les auberges de jeunesse sont un endroit propice aux rencontres, mais si vous me suivez un peu, vous avez remarqué que je logeais en Airbnb ou hôtel, et cela n’empêche pas non plus les rencontres !

J’aime partir seule, mais j’aime aussi partir accompagnée. Je pense avoir réussi à filer le virus à ma mère, un de mes meilleurs compagnons de voyage, sinon la meilleure !

Vous aimerez aussi

5 commentaires

laworldcoolture 27 août 2019 - 22 h 57 min

Très intéressant pour toutes les femmes qui se posent des questions sur le voyage en solo ! Le partage de tes expériences et de tes rencontres personnelles est chouette aussi !

Répondre
Claironyva 27 août 2019 - 23 h 00 min

Merci Corinne 😘😘 il y a vraiment pas mal de choses à dire, j’espère que ca rassurera certaines et pourquoi pas certains 😊 !

Répondre
Philippe Vauchelle 29 août 2019 - 13 h 18 min

Bonjour Claire. Tu voyages seule mais tu es très intéressé par la vie autour de toi. En témoigne notre discussion qui a démarré quand tu nous a entendu parler de Collioure dans le bus venant de l’aéroport à Palma. Bon nouveaux voyages

Répondre
Claironyva 29 août 2019 - 13 h 29 min

Merci Philippe!! Ravie de vous avoir rencontrée Christian et toi! Et merci encore pour l’astuce du changement de réglages sur l’appareil photo 😅

Répondre
Amsterdam et ses alentours en 4 jours - Claire, on y va ! 27 octobre 2019 - 1 h 06 min

[…] Le voyage en solo quand on n’est pas aventurière […]

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :