• Home
  • /
  • Asie
  • /
  • Sapa : 2 jours pour découvrir les rizières et un marché traditionnel
Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Sapa : 2 jours pour découvrir les rizières et un marché traditionnel

Un week end à Sapa dans le nord du Vietnam

Après une journée d’excursion depuis Hanoi à la Pagode des Parfums, nous prenons le train de nuit pour Sapa ! Au programme de ce week end : une journée de randonnée dans les rizières et la découverte du marché de Bac Ha.

Pourquoi avoir choisi de venir lors d’un week end ?

Nous n’avons passé que 2 semaines dans le nord du Vietnam et je voulais aller au marché de Bac Ha, l’un des plus grands dans la région, et il n’a lieu que le dimanche ! La meilleure solution était d’arriver un samedi à Sapa pour être à Bac Ha le dimanche matin.

Le voyage en train de nuit

Il existe un certain nombre de compagnies de trains de nuit qui font le trajet de Hanoi à Lao Cai. Du banc en bois à la cabine VIP deux couchettes, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. J’ai choisi le Sapaly Express et je ne regrette pas ce choix. La cabine comprend  4 couchettes à partager, nous avons donc eu un colloc à l’aller et au retour.

Les couchettes sont confortables et les couettes assez épaisses pour contrer la climatisation qui nous tombe dessus. J’ai plutôt bien dormi, jusqu’à 3h du matin, quand une belle secousse qui a ouvert un casier métallique dans le couloir. Celui-ci étant cassé, il était impossible de le refermer et il claquait et claquait et claquait… Avec des bouchons d’oreille, ça doit passer nikel ! Etrangement,j’avais plutôt parfois l’impression d’être dans un bateau.

Il existe aussi des bus couchettes qui se rendent à Sapa en environ 5h, mon frère les a utilisés de jour. Ils sont confortables, seulement, au retour ils ont eu quelque chose comme deux heures de retard avec entre autre un changement de bus suite à un problème technique.

L’avantage du train de nuit est d’arriver au petit matin et repartir tard le soir, ce qui nous a laissé bien profiter de notre week end, le prix est un peu plus élevé que le bus mais nous avons aussi économisé deux nuits d’hôtel !

Claironyva Vietnam Sapa Sapaly Express

1er jour à Sapa : installation et découverte des rizières

Le train s’arrête à Lao Cai à 6h15 ! Lao Cai se trouve à  45 minutes/1 heure de Sapa.

D’habitude, avant l’arrêt final du train, quelqu’un passe dans le couloir pour réveiller tout le monde. Cette fois-ci, ce sont les freins du train qui s’en sont chargés ! Mais l’excitation de cette belle journée qui démarre nous a vite bien réveillés. La première étape fut de trouver le chauffeur que Chinh, notre guide, a réservé pour nous. C’était plutôt la cohue mais notre nom est apparu sur une pancarte assez rapidement !

Une fois tous les passagers du minibus rassemblés, nous avons embarqué direction Sapa. Dès la sortie de la ville encore à moitié endormie, les montagnes ont commencé à se dessiner.

Impossible de sommeiller dans le minibus alors que les premiers rayons du soleil balayent les magnifiques rizières en terrasse qui ont demandé tant de travail à leur propriétaire. Bon ok, les virages, et le style de conduite des vietnamiens nous a également tenu super bien éveillés !

Arrivée à Sapa et installation à l’hôtel Phuong Nam

Nous avons eu le temps de « visiter » Sapa, car nous avons été les derniers à être déposés à notre hôtel. Chinh nous y attendait. La bonne nouvelle, c’est que la chambre de mes parents était prête, nous avons donc pu y déposer nos bagages et faire un brin de toilette !

J’avais super faim et nous allions directement partir faire notre randonnée dans les rizières. Heureusement, juste à côté de l’hôtel, j’ai pu m’acheter un Ban Mi au pâté, ça m’a bien requinquée !

Pourquoi l’hôtel a été une déception

Allez, je vous en parle maintenant, comme ça ensuite on laisse place à la découverte. Il se trouve que j’avais voulu me faire plaisir en réservant une chambre avec vue. Mais bizarrement, je me suis retrouvée sur le même pallier que mes parents avec la chambre qui donne sur un grand couloir menant à une terrasse.

Je suis donc descendue en toucher un mot à l’accueil. Voici l’explication de la gérante de l’hôtel : vous deviez être au 4ème étage, mais bon, on vous a mise au 3ème étage pour que vous soyez avec vos parents. Par contre, vous avez une plus grande chambre avec deux lits, et ce sera un peu moins cher (mais plus cher qu’une double normale).

Explication qui me fait une belle jambe, of course, mais meilleure que celle de son compagnon : « Mais oui chambre avec vue, il suffit d’aller sur la terrasse… ». Dans le style prends moi pour un jambon, j’ai trouvé ça super de sa part.

Sans compter qu’ils agrandissent l’hôtel, donc la terrasse donne maintenant en grande partie sur des travaux. D’ailleurs les hôtels et immeubles en général semblent pousser comme des champignons, se bouchant la vue mutuellement.

Dans la salle de bains, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de moisissures, celle de mes parents était minuscule, je pense qu’il aurait été compliqué pour une femme enceinte de se doucher. Les fenêtres de ma chambre se fermaient mal, vu les fraîches températures, j’ai dormi sur le lit le plus éloigné de celles-ci.

Claironyva Vietnam Sapa Hotel

C’est parti pour une belle journée de balade de Sapa à Lao Chai

Tout commence par la descente d’une route sur laquelle plusieurs groupes de touristes se suivent déjà malgré l’heure bien matinale. Nous effectuons un petit arrêt photos et Chinh nous explique non, nous n’allons pas du tout suivre ce chemin, c’était juste pour la vue !

Nous remontons la rue sur quelques mètres avant d’enjamber le parapet et prendre un tout petit sentier. A vrai dire, je ne voyais même pas qu’il y avait un chemin. Nous avons eu de la chance, car il n’avait pas plu depuis 4 jours ! Le début était pourtant plutôt périlleux, des passages à l’ombre étaient boueux et glissants. Mais il se trouve que deux femmes Hmongs nous suivaient tout en filant du chanvre. J’ai été tellement admirative de leur agilité et leur force ! Nous avions du mal avec certains passages alors qu’elles regardaient à peine où elles mettaient les pieds. Mieux encore, elles accouraient aider mes parents au moindre signe de probabilité de glissade ou de chute !!

La récolte a déjà eu lieu mais tout est absolument splendide. En plus, il fait vraiment un temps magnifique ! Nous qui avions prévu une dizaine de degrés tout au plus… nous avons fini par prendre des coups de soleil !

Certaines rizières étaient pleines d’eau et des algues rouges poussaient à l’intérieur. Chinh nous explique que ces algues servent à nourrir les cochons.

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Hormis les cochons, des buffles gambadent tranquillement par ci par là. Ils sont laissés en semi liberté, beaucoup moins surveillés depuis que la récolte est faîte. En effet, ils ne risquent maintenant plus de manger tout le riz !!

La mécanisation des récoltes

Nous avons pas mal parlé du changement, notamment de la mécanisation des récoltes. De plus en plus d’agriculteurs ont recours aux machines. Cependant, certaines terrasses sont tellement étroites qu’il est impossible d’avoir recours à des machines pour faciliter la récolte. Le travail manuel à l’aide de buffles est donc encore très répandu.

Une rivière apparaît, elle est boueuse à cause de tout ce que la ville de Sapa y déverse dedans, notamment avec tous les travaux en cours. Nous la longeons un moment avant de traverser un pont en métal qui bougeait pas mal. Mais bon si les scooters passent, nous passons ! C’est ensuite l’heure de la pause. Elle est bien méritée et je paie ma tournée de sodas et d’eau pour mes parents, Chinh et nos deux nouvelles amies. Quatre petites filles sont là et je rigole un peu avec elles, notamment en leur demandant si je peux les prendre en photos. D’abord un peu timides, elles ont beaucoup aimé regarder les photos et se taquiner les unes les autres.

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Claironyva Vietnam Sapa

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Lin Ho, l’heure de la pause déjeuner et de remercier nos amies

Nous repartons bien requinqués et marchons jusqu’à Linh Ho, le village d’où Chinh est originaire. Le repas était compris dans le prix convenu avec Chinh. Il nous a dit que nous allions pique niquer. Assis dans un petit restaurant avec vue sur les rizières, nous avons tout d’abord eu du pain avec un kiri, et au fur et à mesure, les plats sont arrivés et arrivés et arrivés… il y en avait même trop ! Et pour dessert de bons fruits, ça nous a fait du bien.

La pause négociation

Alors que nous étions en train d’attendre notre repas, voici que nos deux amies, Dinh et Su, viennent nous dire au revoir. Tout au long du chemin, nous nous disions qu’il serait sympa de leur donner un pourboire à chacune pour les remercier de leur aide. Le fait est que dans tous les cas, elles ne nous ont pas tout à fait aidés par simple bonté d’âme. Elles nous ont présenté leurs créations, vêtements, pochettes, sacs… alors OK, autant faire tourner le commerce local ! Sauf que ma mère et moi n’avons pas fait attention et nous avons chacune choisi une pochette fabriquée par l’une d’entre elle. Alors forcément, ça ne va pas, il faut acheter quelque chose à l’autre ! Bon… ma mère change de choix pour prendre une pochette de la seconde amie… sous le regard cramoisi de la première qui pensait certainement que nous prendrions deux de ces œuvres et au moins une pochette de son amie. Elles nous quitteront après une traditionnelle négociation.

Un environnement en plein boom

C’est parti pour la deuxième partie de cette balade d’environ 15 kilomètres ! Cette fois-ci le chemin est quasiment goudronné partout. Mais attention il ne s’agit quand même pas d’une grande route. Il est impossible pour des voitures de venir jusqu’ici. Mais si les voitures n’accèdent pas à toutes les collines, la 4G, elle, y arrive très bien. Chinh nous raconte alors qu’il y a 10 ans, il n’y avait même pas l’électricité partout ici, un changement rapide !

Le contraste est quand même poignant quand on voit que certains sols des maisons sont en terre, les murs en tôle mais qu’ils ont tous une parabole !

Enfin nous arrivons à Lao Chai, plus touristique vu le nombre de boutiques que nous y voyons. Chinh nous propose de nous arrêter dans l’une d’entre elles, qui expose également des instruments pour travailler le riz.

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Claironyva Vietnam Sapa Rizières

Coup de barre de fin de journée !

Il sera ensuite temps de rentrer en voiture à Sapa. D’un coup, les températures ont fortement chutées ! Il doit y avoir un spectacle sur la place principale, alors nous décidons d’aller faire un tour. Des étals se sont installés le long des trottoirs et les vendeuses essaient de nous accrocher. Les enfants sont tous habillés en tenue traditionnelle, ils sont adorables !

Cependant la ville est bien sombre. L’écran géant sur la place centrale éclaire bien et délivre un curieux message : ne donnez rien aux enfants, en particulier les petites filles.

Cela nous rappelle quelques rencontres faites au cours de notre randonnée. Je savais déjà qu’il ne fallait rien leur donner et nous nous y sommes tenus. En effet, le but en ne leur donnant rien malgré leurs petites bouilles d’ange, c’est de les motiver à aller à l’école pour ensuite gagner leur vie. Car en leur donnant de l’argent ou des cadeaux, les touristes sapent l’autorité des parents et les enfants se disent qu’ils n’ont pas besoin de travailler pour obtenir des cadeaux.

L’éducation des enfants est très importante, notamment d’un point de vue écologique, car c’est à l’école que l’on tente de leur apprendre à ne pas jeter des détritus partout. Nous avons vu beaucoup de papiers de bonbons sur le sol dans la journée et Chinh nous a dit que ce n’était pas les touristes, mais les enfants qui les semaient un peu partout.

Retour à notre soirée : nous sommes épuisés, en tous cas, moi je le suis ! Et ma mère et moi semblons avoir pris froid. Alors pas de spectacle, mais un restaurant où nous avons dégusté un délicieux Bun Cha, et je me suis même laissée aller à manger une crêpe banane chocolat !

Claironyva Vietnam Sapa Enfants Costumes Traditionnels

Claironyva Vietnam Sapa Enfants Costumes Traditionnels

Claironyva Vietnam Sapa Bun Cha

2ème journée à Sapa : direction le marché de Bac Ha, le plus grand de la région.

Départ vers 7h30 avec Chinh et son ami chauffeur en 4×4. Et ça démarre avec une scène de vie à la vietnamienne ! Un camion qui livrait du sable s’est pris dans un fil électrique et un homme, bien téméraire, tente de le dégager en vain. Alors la solution est toute trouvée : le camion avance, le fil lache, le camion s’en va, la vie reprend son cours et nous filons à notre tour.

Un 1er arrêt instructif et inattendu !

Sur le bord de la route, nous voyons des plaques en bois sécher par dizaines. Nous sommes aux abords de Pho Lu et il y a une délicieuse odeur de cannelle dans l’air (alors je n’aime pas la cannelle mais l’odeur pour le coup est agréable). Chinh demande alors à notre chauffeur de faire un arrêt, non prévu au programme devant une sorte de petite scierie. C’est effectivement le bois de cannelle qui est utilisé.

Les troncs sont placés dans une machine qui le déshabille. Les fines plaques extraites sont ensuite mises à sécher puis exportées vers la Chine pour la fabrication de meubles ou de papier.

Claironyva Vietnam Sapa Usine Bois

Claironyva Vietnam Sapa Usine Bois

Claironyva Vietnam Sapa Usine Bois

2ème arrêt et pas des moindres, le marché de Bac Ha !

Un incontournable pour moi lors de notre venue à Sapa. Il nous a donné un bon aperçu de la vie des Vietnamiens des montagnes, bien que le marché soit très touristique.

On y vend de tout !

Et oui, ici, vous pouvez partir avec vos fruits et légumes, épices (j’y achèterai du poivre), vêtements, sacs, bols, jouets, mais aussi des buffles et des petits chiens tout mignons… voués à être mangés. Je n’ai jamais eu d’animal de compagnie et ne suis pas une grande amoureuse des chiens, mais quand mon père a pointé le sac d’une dame et que j’ai entendu un petit chiot enfermé dans un sac plastique en train de pleurer, ça m’a un peu fendu le cœur.

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Manger du chien n’est cependant pas quelque chose de si courant que cela. L’un des arguments de Chinh et que c’est très cher !

La vente de buffle est assez impressionnante et certains buffles étaient amenés en dehors du village pour un événement, type course dans des rizières, mais un peu trop loin pour que nous allions y assister.

Pause dégustation

Chinh nous propose de gouter du buffle, un plat peu servi aux touristes. Nous nous installons alors tous les quatre à l’une des tables du marché. Un homme dit quelque chose à Chinh, rigole et s’en va. Notre guide nous explique alors qu’il était fort surpris de voir des touristes s’installer là et gouter du buffle. Nous remarquons alors qu’il n’y a pas un seul touriste en vue.

Le buffle, je n’ai pas trouvé ça exceptionnel, j’ai imaginé qu’il avait du travailler super dur dans les rizières parce que niveau tendresse, ce n’était pas tout à fait ça !

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Nous repartons faire un tour, les souvenirs ne nous intéressent pas trop, c’est notre 2ème séjour au Vietnam et nous avons fait plusieurs fois le tour des boutiques. Alors comme nous devons patienter jusqu’à 13h / 13h30 pour aller au restaurant (pour éviter le flux des bus), nous nous accordons une deuxième pause, cacahuètes cette fois-ci !

Et j’ai fait quelque chose d’un peu vilain… j’ai discrètement utilisé mon zoom pour faire des portraits des femmes vietnamiennes, vendeuses pour la plupart, vêtues de leur costumes traditionnels. C’était tellement chouette de capturer ces moments de vie à la volée, sans les déranger ou les mettre mal à l’aise.

Bon, en même temps, nous avons aussi capté quelques vietnamiens plus ou moins discrètement en train de nous prendre en photo avec leur téléphone… Et je crois que c’était pire l’année précédente, lorsque nous étions avec mon frère Nicolas, blond et barbu !

Le repas est copieux, comme d’habitude et nous repartons presqu’en roulant. Je ne sais pas comment je fais, mais je mange énormément, il faut dire que j’ai du mal à évaluer les quantités à cause du petit bol que je remplis un certain nombre de fois. Mes parents ont d’ailleurs un peu halluciné de me voir me resservir et me resservir et me resservir… C’était pas ma faute si on nous amenait plein de plats les uns à la suite des autres et que je voulais tous les goûter !!

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

Claironyva Vietnam Sapa marché Bac Ha

3ème arrêt le charmant village de Ban Pho !

Pour digérer, le mieux c’est de ne pas reprendre les routes sinueuses de Sapa tout de suite, mais de visiter un joli village. Le jour de marché, il est plutôt assailli de touristes. Dans une maison, nous rencontrons une gentille dame, en train de distiller de l’alcool de maïs ! C’est l’instant digestif. Les Vietnamiens disent que leur alcool est fort, genre 40°. Bon, on l’a goûté, encore chaud dans un bouchon de bouteille d’eau, et j’ai trouvé que ça passait super bien ! Chinh et mon père en achètent l’équivalent d’une petite bouteille d’eau pour une misère et là : j’ai manqué de présence d’esprit… je n’en ai pas pris. Je m’en mords encore un peu les doigts.

Claironyva Vietnam Sapa Ban Pho

Claironyva Vietnam Sapa Ban Pho

4ème et dernier arrêt : Lao Cai à la frontière chinoise

Il va être temps de quitter Sapa. Nous avons adoré discuter avec notre jeune guide, pour finir notre après-midi, il nous emmène faire un tour du côté de la frontière chinoise. Un pont sépare le Vietnam et la Chine, et ma foi, il y a un certain trafic, en particulier de la Chine vers le Vietnam. Des gens hyper chargés de cartons de marchandises traversent, nous avons même cru que certains allaient tout faire tomber !

Pour attendre le train, nous restons dans un restaurant et sirotons un jus de fruits. Nous avons tellement mangé le midi que nous nous coucherons le ventre encore plein dans le train direction Hanoï !

Dans le prochain article, je vous parlerai de la dernière étape de notre voyage : 4 jours dans la Baie de Lan Ha, au Sud de la Baie d’Halong !

Claironyva Vietnam Sapa Lao Cai

Bilan Budget !!

Les billets de train couchettes Sapaly Hanoi-Sapa AR : 84$ par personne (70€).

Notre guide : nous en avions pour moins mais nous avons donné (pour tous les 3) à Chinh 5 000 000 VND pour :

  • Le mini bus de Lao Cai à notre hôtel à Sapa à notre arrivée,
  • La journée de trek avec le repas et le retour en voiture de Lao Chai à notre hôtel à Sapa,
  • La journée à Pho Lu – Bach Ha et Ban Pho avec le repas du midi et le retour à Lao Cai,

Soit 64€ par personne.

L’hôtel : une nuit avec petit déjeuner 700 000 VND (27€) pour moi, un peu moins pour mes parents (500 000 VND soit 19€).

Le restaurant : 325 000 pour 3 avec une boisson et un plat (et un dessert pour moi) soit 4.17€ par personne.

Les achats divers : sacs à nos amies Hmongs 250 000VND (8€) par sac et du poivre au marché de Bac Ha : 50 000VND (1.92€).

Coût du week end à Sapa par personne (3N-2J) : 175€ en solo et 155€ par personne pour mes parents.

 

 

5 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :