• Home
  • /
  • Europe
  • /
  • Du port de Trani aux arènes de Lecce
claironyva italie pouilles-Trani

Du port de Trani aux arènes de Lecce

Du port de Trani aux arènes de Lecce

Notre voyage dans les Pouilles se poursuit, toujours en train, au nord (Trani) et au sud de Bari (Lecce). Ces deux étapes ont leur lot d’enchantements et de déceptions, car il faut quand même le dire, tout ne peut pas être parfait. Si je devais retourner dans les Pouilles, je changerais donc quelques petites choses.

Comme d’habitude, je vous donne tous les prix dans le bilan budget à la fin de l’article !

claironyva italie pouilles lecce

Trani : arrêt pour deux nuits

Franchement, Trani est une adorable ville, mais en ce début de mois d’avril, c’était quand même bien mort. Pas une boutique de souvenirs ouverte, idem pour les magasins et restaurants en général dans la vieille ville, très peu étaient ouverts. Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais à Trani, la spécialité, c’est le muscat !! Nous avons marché des plombes pour trouver une boutique qui en aurait vendu, en vain. Au final, c’est dans le dernier restaurant où j’ai mangé que la propriétaire a eu la gentillesse de me vendre une bouteille (qui s’est bien bue !)

Sinon Trani a aussi une histoire ! Cette petite ville tranquille était chère aux Templiers. Au Moyen Age, l’Ordre du temple s’en servait de base à cause de son port.

Revenons-en à notre arrivée à Trani. Nous avions pris le train depuis Bari et j’avais en main le téléphone pour nous guider jusqu’à l’hôtel. Sur le plan ça avait l’air facile mais avec les bagages, le chemin fut long et difficile, du coup pour repartir le dernier jour, nous avons pris un taxi.

Dormir à Trani, oui et non

Notre B&B Muragie del Castello est juste à côté du château, que nous ne visiterons pas, et de la superbe et très haute cathédrale. Nous avons une chambre superbe avec un lit king size et vue sur le château et la mer. Le rooftop est très agréable et pour le petit déjeuner, rendez-vous dans un café tout proche le Beltrani. Je n’ai pas pris de photos du petit déjeuner, mais dans le deal, nous avions droit à une boisson et deux viennoiseries !

Le petit hic pour vous, c’est que les prix ont quasiment doublé !! Nous avons payé 113€ les deux nuits en avril 2018 et maintenant il vous en coûtera 100€ la nuit pour la même période. Dans tous les cas, je vous conseillerais plutôt de ne passer qu’une journée à Trani tout en résidant à Bari, ou d’y passer une seule nuit si vous voulez vous poser un peu.

Direction le port de Trani

Depuis l’hôtel, c’est vraiment facile, 1ère étape : passage devant l’immanquable cathédrale. Le temps est au beau fixe et une jolie fiat des années 60/70 trône fièrement sur la place pour les besoins d’une séance photo de jeunes mariés.

L’entrée du port est superbe, avec ses deux tours bien restaurées. C’est vraiment adorable, mais pour l’heure, nous avions faim ! Comme je le disais, ce n’est pas la grosse affluence et du coup l’activité de la ville est relative. Donc, nous n’avons pas eu trop le choix ! Sur le port, nous trouvons une place dans l’osteria la Banchina, pas de menu affiché à l’extérieur, c’est dommage. Nous prenons un plat de pâtes chacune, aux praires pour ma mère et tomate/salade pour moi, avec l’eau et le couvert, nous nous en sortons pour 28.5€.

De l’autre côté du port, un grand parc arboré avec de nombreux jeux pour les enfants offre une vue superbe sur la mer. On y siesterait bien, réchauffées par le soleil. Une pause s’impose donc avant de revenir vers le port et grimper dans l’une des deux tours. J’irai même jusqu’au phare rouge faire quelques photos de plus. Il fait tellement bon que nous repassons à l’hôtel chercher nos bouquins et nous calons devant la cathédrale pour lire au soleil. Enfin surtout ma mère, car j’ai la bougeotte et je décide d’entrer dans la cathédrale. On y entre par la basilique au niveau inférieur, de là, on peut aller dans la crypte et au niveau supérieur très très haut de plafond, un plafond surprenant : en bois.

En sortant de la cathédrale, je décide de me balader jusqu’au phare vert pour admirer la vue. Sur les coups de 18h, nous retraversons le port en quête de petits sandwiches, deux brioches (et un pot de glace pour moi). Le tout nous est revenu à 6,5€ ! Un repas pas cher, léger et dégusté sur notre charmant rooftop !

Bilan de cette journée à Trani

Honnêtement, comme je vous le disais, on aurait juste pu venir faire la visite de Trani (et même de Barletta) sur une seule journée. Déplacer les valises dans les rues de Trani était bien fastidieux. Par contre, nous apprécions le calme de la petite ville, parfait pour se poser un peu et profiter du soleil sans se presser. Les touristes étaient quasiment inexistants et je dirais que Trani manquait même d’un peu de vie pour un mardi avec quasiment tout de fermé.

Une demi journée à Barletta

A peine 10 minutes de train depuis Trani se dresse Barletta, dont nous ne garderons pas vraiment un souvenir impérissable. Une grosse usine trône sur une avancée dans la mer, ce n’est pas très glamour !

Le Castello de Barletta

Nous visitons le château pour 8€. Il a une forme carrée, avec une tour dans chaque coin. Le sous-sol a été aménagé et des salles de conférence sont disponibles au rez de chaussée, une bonne façon de réunir des fonds pour entretenir les lieux. Bien sûr, il y a également un musée, et la partie très sympa, c’est de pouvoir monter sur le toit pour admirer la vue !

Osteria el Duomo

Nous passons sous l’arche du côté de l’église pour aller manger dans le centre. C’est un peu mort et nous entrons dans un restaurant complètement vide. Je suppose que le monsieur qui nous reçoit est le propriétaire. Nous commandons des escalopes au vin blanc et des frites. Il nous amène du pain assaisonné et coupé en tranches et surprise : il nous offre l’entrée : un rizotto à la milanese. Vu l’attente qui suit, nous comprenons un peu le pourquoi de son geste : c’était pour éviter qu’on meure de faim ! Il était vraiment gentil et même s’il ne parlait qu’italien, il a essayé de nous parler un petit peu de notre voyage.

Le Palazzo della Mare

La visite du Palais est incluse dans le ticket du château. Il a été rénové dans un style moderne pour accueillir la collection des oeuvres de G. de Nittis, léguées à la ville de Barletta par sa femme Léontine lorsqu’elle mourut. La collection a été déplacée maintes fois, dont une fois dans le château lors de la 2ème guerre mondiale et dans un vieux palais délabré avant d’atterrir dans ce palais.

Nous repartons vers la gare, non sans nous arrêter voir le colosse de 5m de haut.

Fin de séjour à Trani et découverte d’un bon restaurant

Il pleut un peu à notre retour, alors nous nous reposons à l’hôtel. Le soir, direction la Taverna Portanova, qui est ouverte, youpi ! C’était très bon, et comme je vous l’indiquait précédemment, j’ai enfin eu l’occasion de goûter au muscat et même d’en acheter une bouteille.

Je termine sur une note forte en calories lors du dernier petit déjeuner au Beltrani avec deux croissants au chocolat, c’est les vacances hein ! Le taxi du B&B à la gare nous a coûté 10€.

Deux nuits à Lecce !

Nous arrivons vers midi à la gare de Lecce. J’avais réservé un B&B proche de la gare, qui se trouve également ne pas être loin des attractions touristiques de la ville. Nous dormons donc la 1ère nuit au B&B Domus Lupiae pour 50€. C’est un vrai Bed and Breakfast chez l’habitant. La chambre est assez grande avec notre propre salle de bain à l’intérieur. Celle-ci a été refaite à neuf, mais il me semble qu’il y avait un tout petit hic : la taille de la douche, vraiment petite ! Le petit déjeuner était bon, avec un gâteau frais du matin !

La 2ème nuit a eu lieu bien plus tard car nous avions pris possession d’une voiture pour nous balader dans les pouilles pendant 4 jours. Toujours du côté de la gare, nous nous sommes faîtes plaisir avec une chambre refaite à neuf au Corte del Pascia pour 61,20€ avec petit déjeuner. Toutes les chambres sont super jolies, l’accueil agréable et le petit déjeuner très bon !

Balade à pieds dans la vieille ville : direction les arènes de Lecce

Direction la piazza del Duomo, très mignonne avec ses bâtiments anciens, et comme son nom l’indique : sa cathédrale ! Nous n’y entrons cependant pas à l’intérieur. Depuis le centre de la place, un petit train peut vous emmener en balade moyennant quelques euros, bien entendu !

De là, joli coup de coeur pour l’amphithéâtre romain sur la Piazza Sant Oronzo. Certes, ce n’est pas le colisée de Rome, mais il a son charme. L’office de tourisme se trouve également sur cette place dans un bâtiment ancien avec une grande baie vitrée. Vous ne pourrez pas le louper. Et puis comme d’habitude, nous avons faim ! Enfin c’est un peu normal, il n’est pas loin de 13h15. La chance n’est pas avec nous encore une fois, car le restaurant repéré dans le bouquin est fermé. Nous mangeons dans le coin, au Santa Cruz. Si vous vous rappelez mon petit dej, vous devinerez que je n’avais pas les crocs. Au grand dam du serveur, ce sera raviolis ricotta épinards pour chacune avec une bouteille d’eau (22€ en tout).

Sur les pas de Charles Quint

La digestion se fait toujours en marchant, un peu au gré du vent, jusqu’à la porte Napoli, l’arc de triomphe de Lecce, construit par Charles Quint. Et pour rester avec ce cher empereur, c’est parti pour la visite du château de Lecce. Bon dommage, je ne sais plus pourquoi, mais je voulais voir la crypte, et elle était en cours de rénovation. Et puis le musée qui comprend des œuvres en papier mâché est fermé, décidément…

Du coup, il nous reste la visite du château à 3€, dans la partie rénovée. C’est plutôt vide, parfois nous tombons sur quelques écriteaux explicatifs, mais en italien seulement. Franchement, je me serais contentée de traverser la cour du château si j’avais su, c’est gratuit et une expo photo permet de comprendre le projet de rénovation.

Lecce : le berceau de la Massaia

Il est une petite boutique qui m’a attirée l’œil : celui de la Massaia Salentina (piazzeta del duca d’Atene). La boutique est un labotorio, car c’est aussi là que la créatrice fabrique ses objets. La propriétaire m’a laissé prendre des photos pendant qu’elle travaillait. Tout est vraiment fait main ! Je lui ai acheté une Massaia magnet ! Ce qui m’amène à vous parler de son histoire ! Ouvrez bien les yeux, ce n’est pas très joli !

La créatrice, Gabriella, a créé le personnage pour orner des bonbonnières en tout premier lieu. Et elle a commis une énorme erreur : elle n’a pas déposé de brevet. Du coup, de nombreux vendeurs se sont mis à la copier, d’ailleurs c’est simple, vous verrez des Massaias dans tout le Salento (la qualité est souvent pas terrible). Vous le saurez donc, elle a beau avoir créé la Massaia et c’est un business plutôt bien lucratif dans le Salento, elle n’en retire absolument rien, nada !

Dernier point culinaire

Côté pause goûter, ça sera glace forcément ! Et le glacier sur la place des arènes est parfait !

claironyva italie pouilles Lecce

A notre retour du mini road trip, nous avons juste passé une soirée à Lecce. Rien de particulier à signaler, nous avons profité de la ville et si… Mauvais choix de restaurant ! Pour changer un peu, nous tentons un grec et commandons chacune une moussaka, quelle déception ! Il y avait 1/3 d’une sorte de sauce béchamel pas bonne et compacte, comme si elle datait un peu, et des patates… bien plus que d’aubergines (20€ pour deux), alors de nouveau, nous avons mangé une glace pour bien finir !

Petite conclusion ! Pour Trani, passez y une journée et tracez votre route, Lecce se visite également en une journée mais c’était le point idéal pour ensuite faire une boucle en voiture dans le Salento. Nous voulions prendre uniquement les transports en commun à la base, mais les bus qui sillonnent le Salento ne fonctionnent que l’été.

Bilan Budget

Trani et Barletta

Train :  Bari – Trani : 3.2€ par personne, Trani – Barletta : 2,20€ AR par personne

Taxi à Trani : 10€

Logement : B&B Muragie del Castello 113€ les deux nuits en avril 2018 – comptez 100 euros la nuit en 2019

Restauration :

Le Beltrani : café avec de très bonnes viennoiseries !

Osteria la Banchina : 28.5€ pour 2 (un plat chacune + eau + couvert)

Cafeteria La Bottega : 6.5€ par personne

Taverna Portanova : 42€ à 2 (un plat de pates, des légumes, un dessert, une assiette de fruits,, eau, couverts et la bouteille de muscat)

Lecce

Train :  moins de 10€ par personne depuis Trani (désolée, je n’ai noté que le total des billets achetés à Bari)

Logement : Corte del Pascia 61,20€ et B&B Domus Lupiae pour 50€

Restauration :

Santa Cruz : 22€ pour 2 (eau + plat)

Resto grec que je ne conseille pas : 20€ pour deux

2 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :