• Home
  • /
  • Asie
  • /
  • Bali : itinéraire de deux semaines sur l’île des Dieux
claironyva indonesie bali

Bali : itinéraire de deux semaines sur l’île des Dieux

Bali, c’est une des nombreuses îles de l’Indonésie. C’est sûrement la plus touristique, tantôt adorée, tantôt détestée par ses visiteurs. J’ai lu beaucoup de commentaires avant mon départ et je me suis aperçue que comme partout, il y a du bon et du moins bon. Mais en se renseignant et en s’organisant un minimum, on peut faire de Bali l’un des plus beaux voyages de sa vie.

Tegallalang ricefields

Retrouvez comme toujours, le détail du budget des deux semaines de ce voyage et les coordonnées de notre chauffeur à la fin de cet article !

Jour 1 : Arrivée à Bali et rencontre avec notre chauffeur Wayan

Accueil par Wayan, un chauffeur/guide en or

Welcome in Bali !! Les formalités rapidement passées, et les bagages récupérés sans problème. Grâce au wifi de l’aéroport, j’ai pu préciser à Wayan où nous étions et hop nous voilà en route pour Sanur.

C’est vraiment cool de ne pas se poser trop de questions pour le transport en arrivant dans un pays lointain, surtout après de nombreuses heures de vol + l’escale à Dubaï qui est en fait notre 1ère journée.
Grâce à Corinne et Florent de la WorldCoolture, j’ai pu prendre contact avec Wayan avant notre départ. Nous avons communiqué via Whatsapp en anglais.

Je lui ai fait part de tous les trajets que nous souhaitions faire avec lui et il m’a donné les prix trajet par trajet ! Tout était donc très carré et cela avant même notre arrivée à Bali !

Bali chauffeur guide Wayan

Changer son argent à Bali : plus rentable qu’en France !

Ce n’est pas un secret, et vous le savez probablement, le taux de change dans le pays dans lequel vous vous rendez est meilleur qu’en France.
Je ne suis arrivée à Bali qu’avec des euros ! Elodie, elle, a une banque qui fournit une sorte de pack voyage, elle pouvait retirer un certain nombre de fois sans taxes.

Donc avant d’aller à l’hôtel, j’ai demandé à Wayan de nous arrêter à un bureau de change de confiance. Le taux de change euros/roupies était meilleur que prévu : 16 950 roupies pour 1€ ! Autant vous dire que je me suis retrouvée multimillionnaire et j’ai été bien contente que Wayan recompte avec moi !
N’oubliez jamais de bien recompter votre argent et de faire le calcul avec votre téléphone (ou de tête si vous aimez le calcul mental) du montant que vous devez obtenir avec le taux de change annoncé. Avec tous ces zéros, on a vite fait de se faire avoir !

Sanur, notre première nuit à Bali

C’est déjà la fin de l’après-midi quand nous arrivons à notre hôtel à Sanur. Nous n’avons pas vraiment eu le temps d’en profiter car nous partions tôt le lendemain matin. Dans tous les cas, l’hôtel Yulia1 était très bien et calme. Nous avions une chambre lits jumeaux avec climatisation et le petit déjeuner pour 400 000 roupies (400K vous verrez que j’écris souvent K à la place de 000).

Pour ne pas céder à la tentation de dormir, nous avons fait une balade le long de la plage. Cela nous a permis de repérer où nous avions rendez-vous pour le départ en bateau à Nusa Penida et calculer le temps qu’il nous faudrait (une petite demi heure).

Le staff de l’hôtel a été adorable et nous a préparé notre petit déjeuner plus tôt que l’horaire habituel !

Jours 2, 3 et 4 à Nusa Penida, coup de coeur garanti

J’ai décidé d’écrire un article entier dédié à Nusa Penida tellement cette petite île m’a enchantée. A 45 minutes en bateau depuis Sanur, c’est ce que j’ai envie d’appeler un incontournable lors d’un séjour à Bali.

Nusa Penida Tree House

La légende de Nusa Penida

Difficile de croire que cette île était maudite ! Elle était habitée par un puissant sorcier, Mecaling, originaire de Bali, mais banni sur Nusa Penida parce qu’il pratiquait la magie noire. Pour se venger, il s’est déguisé en un Dieu du bien : le Barong pour aller sur Bali tout détruire. Bien entendu, il finit par être renvoyé à Nusa Penida et quasiment anéanti. Je dis quasiment, car son esprit résiderait encore sur l’île.

Gilis ou Nusa Penida ? Quelles îles privilégier lors d’un séjour à Bali ?

C’est la question que je me suis posée avant de partir. Il s’agit simplement de faire le point sur le temps que vous avez à passer à Bali, et ce que vous aimez et aimez moins. Pour moi Nusa Penida offre un éventail bien plus large de paysages et d’activités, en plus d’être calme (pour le moment) !

Si vous avez le temps, visitez les deux !

Nusa Penida Atuf Cliff

Jour 4 et 5 : Amed, le calme au nord est de Bali

Arrivée tardive et installation à l’hôtel Oasis

Nous voici de retour à Bali après 3 jours de rêve ! On espère que le reste des deux semaines vont continuer sur ce rythme. Wayan est là pour nous accueillir à notre arrivée au port de Sanur, et c’est parti pour trois heures de voiture direction Amed.

Nous avions réservé une chambre dans l’hôtel Oasis. L’accueil est très sympa avec un verre de bienvenue. Le propriétaire est un breton ! Il nous fait un petit topo sur les activités et nous emmène à notre bungalow. C’est très propre et confortable, avec une salle de bain extérieure qui est très grande.

L’heure du repas a sonné et un peu crevées, nous décidons tout simplement de profiter du restaurant de l’hôtel avant de filer au lit. La cuisine est délicieuse et à un bon prix ! J’anticipe le petit déjeuner en photo ci-dessous.

Matinée temples : deux incontournables !

Réveil à 6h45 et super petit déjeuner : banana pancakes, café balinais (il est sucré) et un jus de fruits. Nous sommes prêtes pour grimper ! En effet, le lonely planet nous a prévenu : il y a 1700 marches sur un dénivelé de 768m pour la visite de Pura Lempuyang. Cela nous rappelle l’escalier bleu de Nusa Penida et déjà mes jambes tremblent !

Dans les airs avec le temple de l’Est : Pura Lempuyang

Arrivée à 9h dans l’immense parking en bas de la colline et il est vide ! C’est donc un très bon horaire pour visiter le temple. Wayan a tout prévu : un sarong pour chacune, et puis il nous fait embarquer dans des petites camionnettes. Nous devons payer 40 000 roupies chacune pour l’aller retour. La montée est rude, on imagine à peine ce que ça donne à pieds. Une fois plus haut, on nous loue des étoles pour 10 000 roupies par personne.

Nous empruntons ensuite une route car les marches menant au temple sont en travaux. La route est bien pentue et je me dis que j’aurais préféré des marches… Mais en fait, 5 minutes plus tard, nous faisons face à la célèbre porte du Pura Lempuyang, avec vue sur le mont Agung.
Et là vous vous dîtes que j’ai zappé un truc non ? Moi aussi ! Wayan ne nous avait pas vraiment expliqué que soit nous montions en camionnette, soit nous prenions les 1700 marches ! Nous pensions que nous allions enchaîner l’un à la suite de l’autre, mais pas du tout.

L’instant photo cliché !

Il y a une mini queue pour prendre la fameuse photo au milieu de la porte, Agung est dans les nuages à ce moment là. Deux balinais connaissent le job et sont installés pile en face, prennent les photos avec nos appareils et gèrent le temps. Nous leur avons donné 10K chacune.

Pura Lempuyang Bali

Nous profitons un peu du site, alors en travaux, puis c’est déjà l’heure du départ.

Marchons sur l’eau au Temple Tirta Gangga

Encore une fois, il n’y a pas foule, et c’est tant mieux !! L’ambiance est définitivement zen, avec des plans d’eau, les poissons, les fleurs, les statues… Il est même possible de se baigner dans l’une des deux piscines au fond du site, pour un coût supplémentaire.

Niveau statue, nous faisons connaissance avec le Barong, le chef des armées du bien, et ses quatre pieds, il a l’air un peu effrayant quand même !

Après-midi calme et coucher de soleil sur la plage d’Amed

Les vacances, c’est aussi savoir se poser ! Nous déjeunons donc à l’hôtel et le programme n’est ensuite pas fou fou, mais il nous a fait du bien : sieste et piscine !

Coucher de soleil sur la plage de sable noir, j’ai été plus flemmarde qu’Elodie, je me suis rapidement posée avec le trépied, et j’ai loupé la jolie balançoire dans l’eau, tant pis ! Et puis de nouveau nous mangeons à l’hôtel.

Amed coucher de soleil

Jours 6 et 7 : Munduk, au frais et au calme à Bali

Matinée temple, presqu’un rituel !

Très grosse étape en voiture entre Amed et Munduk, plus de 3h, avec notamment un arrêt car une cérémonie avait lieu et la route était coupée un moment.

Nous allons directement au temple Ulun Danu Beratan qui est posé au bord d’un lac. Le temps est à la limite de l’orage, les nuages dégringolent des collines. De nombreuses crémations ont lieu, car septembre est un mois pour cet événement comme c’est aussi un mois pour les mariages.

De nos deux semaines à Bali, c’est le temple où nous avons vu le plus de touristes. Mais le site est plutôt grand donc ça allait. L’entrée coûte 50K roupies par personne.

Le Rahayu Homestay : très bon choix proche de rizières calmes.

Notre bungalow est très mignon, avec une petite terrasse. La vue sur les environ et sur la piscine est sympa. L’hôtel est construit à flanc de colline, il y a même une petite fontaine/cascade !

Pour les repas, le restaurant de l’hôtel est vraiment bien et pas cher : 30K le Nasi Goreng. Pour la petite histoire, nous nous sommes basées sur le prix du Nasi Goreng, le plat typique de Bali pour déterminer si un restaurant est cher ou pas !!

Promenade de l’après-midi aux alentours de l’hôtel

Une balade digestive s’impose ! Sur les conseils des employés de l’hôtel, nous longeons la route pour aller voir des rizières. Les habitants semblent surpris mais heureux de nous voir, et encore plus quand nous leur disons bonjour comment ça va en balinais (merci Wayan pour la leçon). Nous nous prêtons même au jeu des selfies avec un balinais.

Fin journée : piscine, elle est fraîche ! Nous regrettons juste un peu que les photos de l’hôtel ne soient pas actualisées, de grosses gaines électriques sont maintenant présentes. Ça gênera peut-être vos envie de photos mais pas votre séjour.

Demi-journée cascades ! Les waterfalls sont un must à Munduk !

Wayan accepte un peu au pied levé de nous emmener voir des cascades. Deux Françaises rencontrées la veille nous ont expliqué qu’il y en avait 3 qui se visitaient en une fois.

Il faut se garer au Munduk waterfall parking (visible sur Google Maps). La 1ère cascade est vite atteinte (5 à 10 minutes de marche) et nous sommes quasi seuls jusqu’à l’arrivée d’un groupe scolaire super mignon.

Pour s’approcher de la 2ème cascade « Labuhan Kebo » (10K roupies), il faut descendre quelques marches puis passer des petits ponts, c’est déjà un peu plus sportif.

Et le plus difficile est pour la fin ! Courage pour descendre, mais surtout remonter les 400 marches qui mènent à la 3ème cascade « Melanting » (10K roupies), la plus haute des trois. Nous avons bien fait de venir de bonne heure le matin : à la fraîche !

Il y a de nombreuses waterfalls à Bali, certaines très connues, mais au final, nous ne regrettons pas du tout notre choix !

Après-midi détente et rizières à nouveau !

Retour à l’hôtel à midi : l’heure du mie goreng et du watermelon juice ! C’est les vacances et il est bon de se reposer au bord de la piscine… Sauf que j’ai la bougeotte et que nous n’avions en fait pas exactement trouvé les rizières dont nous avait parlé l’employé de l’hôtel, alors go !

Ici, pas de Chinois ou d’Australiens mais des Français (en petit nombre).

Jour 8 : Tegallalang, hôtel de rêve et les célèbres rizières en terrasse de Bali

Petit arrêt dans une plantation de café non loin de Munduk

Départ à 8h du Rahayu Homestay, nous descendons encore et encore pour finalement faire un arrêt à une plantation de café. Nous goûtons à différents thés et cafés produits dans le coin.

Nous avons pu voir des arbres pour le robusta, l’arabica, la balinese coffee, et le pauvre petit animal à partir des excréments duquel on fabrique le café le plus cher du monde: le luwak.
Dit comme ça : eurk ! Mais en fait, le luwak mange les graines de café avec la pellicule, puis produit des enzymes en les digérant qui donnent un goût particulier. Le caca est nettoyé et la graine extraite de sa pellicule.

J’ai bien aimé le café au ginseng alors j’en ai acheté dans la petite boutique pour 90K. Il faut dire que la visite est entièrement gratuite, y compris la dégustation, alors un petit achat est de mise.

Tegallalang : arrêt dans un super hôtel

Si vous ne voulez pas prendre un billet d’avion et réserver cet hôtel tout de suite, je ne sais pas ce qu’il vous faut ! J’avais entendu parler de la villa Wedang en faisant des recherches sur Internet.
Seulement 3 bungalows et une jolie petite piscine à débordement avec une magnifique vue sur des rizières. Nous sommes en fait sur un autre versant des célèbres rizières de Tegallalang. La rue est calme, résidentielle, avec de nombreux temples. C’est l’un des meilleurs souvenirs hôtelier de mon voyage à Bali, pour un prix abordable !!

Le repas de midi nous est servi à la piscine : mie goreng à 60K et coca à 15K.

Visite des rizières les plus touristiques de Bali

Pour s’y rendre, rien de plus simple : nous suivons un employé de l’hôtel sur une centaine de mètres et hop nous y sommes. L’entrée est payante, mais vous donnez ce que vous voulez, 25K chacune dans notre cas. Les balançoires pullulent, mais non merci.

Nous sommes du côté calme. Face à nous, des restaurants avec vue, et des bus qui déposent les groupes. La visite est complètement libre et le site est une sorte de labyrinthe. C’est tellement grand qu’au final on a parfois l’impression d’être seules, surtout en ne s’approchant pas du versant avec les restaurants.

Un vieil homme nous invite à passer par son terrain, en échange d’une compensation (20K) . Nous rebroussons finalement chemin après deux photos car nous avons l’impression que les « checkpoints » vont s’enchaîner.

Après une bonne balade, nous rentrons nous reposer et manger à l’hôtel. La nuit va être courte : réveil à 2h15 du matin !

Jour 9 : du Mont Batur à Ubud

Réveil de bonne heure à Tegallalang

Ça pique un peu le réveil à 2h15, mais il faut bien ça pour espérer voir le lever du soleil depuis le mont Batur. A la Villa Wedang, ils sont tellement adorables qu’ils se sont levés encore plus tôt que nous pour nous préparer un petit déjeuner à emporter !

Arrivée sur le site et ascension du Mont Batur

Départ à 3h pour un peu moins d’une heure de route depuis l’hôtel. Le guide est obligatoire, même si nous avons croisé des filles dont le guide s’était barré sans recompter son groupe… sympa !
Nous avons attendu le nôtre tellement longtemps, qu’un autre guide nous a finalement été attribué : un petit bout de femme de 16 ans à peine. Notre groupe est composé de seulement 4 personnes. La jeune guide nous donne des lampes torches qui fonctionnent plus ou moins (la moitié rendront leur âme au cours de l’ascension).

Le départ se fait donc de nuit avec pour objectif le lever du soleil à l’arrivée. Avec toutes les lampes torches, on distingue le chemin de loin, c’est super joli.

Parfois la guide veut nous faire prendre un raccourci et ce n’est pas évident. Elle est super à l’aise alors que nous ne savons pas trop où mettre les pieds. Rappelons qu’il fait nuit et que nos lampes sont en train de rendre l’âme. Il faut faire super attention, des petites pierres se détachent parfois et il y a du monde en-dessous (nous parfois). Après quelques rapides pauses et une ascension bien rythmée, nous arrivons au premier pallier.
J’ai alors manqué de présence d’esprit : au lieu de prendre une jolie photo de la vue et souffler, j’ai décidé de suivre le groupe jusqu’au sommet.

Un presque lever de soleil au sommet du mont Batur

J’ai failli déclarer forfait, les larmes aux yeux, alors que je pédalais complètement dans la semoule. Cette expression prend tout son sens quand vous tentez de grimper dans une épaisse couche de poussière/sable et que vous glissez sans arrêt. Mais j’y suis finalement arrivée !!

Des bancs sont prévus pour regarder confortablement le lever du soleil. Pas de bol, un petit déjeuner était sensé être inclus mais il y a eu un oubli des collaborateurs de la guide. Nous sommes donc avec notre bouteille d’eau et toujours à jeun.
J’ai tout juste le temps de prendre un semblant de photo avant que nous nous retrouvions tous dans une purée de pois ! Les nuages épais s’enchaînent, comme les fous rire. L’ambiance est excellente, malgré le temps et les nombreuses nationalités. Quand nous apercevons le soleil à travers les nuages tout le monde feint des Ahhhh et des Ohhhhh.

Précautions à prendre pour l’ascension du Mont Batur

Les vêtements chauds sont indispensables car une fois en haut, après avoir bien transpiré, il fait froid et du vent. Certains sont venus en parfaits touristes : un gars tremble emmitouflé dans l’étole de sa copine. Il était en short et tee shirt. De nouveau en bas, j’ai même vu une fille avec une petite robe et des petites sandales…
Quand je vois tout ce que j’ai ramassé dans mes baskets en glissant dans du sable en descendant, je me demande vraiment comment elle a fait !
Remarque, elle n’est peut-être pas arrivée en haut !

Petite photo en fin de balade, nous étions là-haut dans les nuages, le retour au parking se fait par la route (à pieds toujours).

Changement de décor à Tirta Empul : le temple de la purification

Mes jambes tremblent encore quand nous arrivons à Tirta Empul. Nous sommes quasiment les seuls garés sur le parking. C’est parfait pour prendre le temps de nous rafraîchir et nous changer aux toilettes à l’entrée du temple.

Les sarongs prêtés par notre chauffeur enfilés et le ticket payé 15K à l’entrée, la visite peut commencer ! C’est très joli et très grand !! Les bassins sont encore quasiment vides. Nous nous contenterons de faire quelques photos. Je ne me voyais pas me la jouer « j’vais prier pour faire une photo », comme le font je le pense un paquet de touristes « pour l’expérience ».

Une cérémonie se prépare, nous observons les balinais préparer les décorations, c’était intéressant à voir.

Le plus dur dans dans cette visite, c’est la fin, quand nous voulons sortir. Il faut obligatoirement passer à travers un dédale de boutiques qui disons-le clairement : vendent toutes les mêmes produits. Avec le Mont Batur dans les jambes, je désespère même de trouver la sortie. Ils ont bien calculé leur coup ! Enfin, nous sommes sur le parking et c’est à ce moment là que nous décidons de manger notre petit déjeuner !

Arrivée à Ubud : détente et premiers pas dans le centre ville

Il est 11h quand nous arrivons au Bucu View Resort, à prononcer Boutchou ! Y a pas à dire, c’est splendide, un vrai havre de paix. La chambre n’est pas encore prête, nous en profitons pour manger au restaurant de l’hôtel, face à la nature. Le resto est cher : 95K le mie goreng alors que nous étions habituées à des prix entre 20 et 35K.

Digestion dans la piscine à débordement et puis vient enfin de moment de découvrir notre belle chambre !

En fin d’après-midi, nous allons faire un tour au marché d’Ubud. J’y achète 3 magnets pour 70K. Nous continuons la balade et découvrons une rue semi-piétonne (piétons et scooters) très sympa avec des boutiques et des restaurants. Certains proposent des prix tout à fait correct, comme le Warung lokal où nous avons dîné. Leurs jus de fruits sont super frais et pas chers.

Jour 10 : Ubud, singes et traditions

La forêt des singes, la plus grande appréhension du séjour à Bali

Autant j’avais envie de découvrir la forêt des singes, autant certains témoignages m’avaient un peu effrayée. Mais comme d’habitude, en faisant le tri, on s’aperçoit que si nous suivons bien les règles (ce qui n’est vraiment pas le cas de tout le monde), on peut passer un bon moment.

Pour éviter la foule, comme d’habitude, nous nous levons de bonne heure. En plus, le petit déjeuner de l’hôtel est une tuerie, comme d’habitude, j’opte pour les pancakes !

Bref depuis l’hôtel nous n’avons qu’à marcher une vingtaine de minutes pour atteindre la forêt. L’entrée coûte : 50K et nous y avons passé 2h en arrivant vers 8h45. La foule arrivait quand on partait.

Les règles à respecter

Vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été prévenus !

Si vous avez un sac à dos, faîtes le passer devant, nous avons vu un guide le conseiller. J’avais tellement la trouille, que je n’avais que mon appareil photo autour du coup et mes sous dans la poche de mon short.
Nous avons été témoins de deux scènes impliquant des sacs à dos. La première, une jeune fille était assise avec son copain et un singe a éventré son sac à dos en toile en mordant dedans. Heureusement, un des gardiens en vert est intervenu. La deuxième scène concerne un jeune homme et son ami. Ils sont assis et il a un gros sac à dos. Les singes sont intelligents, ils savent comment ouvrir les sacs. Son ami a tenté de les faire fuir et sans l’intervention d’un gardien, la morsure n’était pas loin.

Évitez les bijoux qui brillent, les lunettes de soleil sur la tête (bon en plus dans la forêt on est à l’ombre), les bouteilles d’eau, la nourriture…

Ne regardez pas les singes dans les yeux, n’essayez pas de les nourrir, même avec des fruits. J’ai vu une dame d’un certain âge inciter discrètement un singe à grimper sur son épaule en échange d’une banane, les gardiens n’ont pas aimé. La plupart des gens mordus sont ceux qui veulent faire une photo avec un singe. Ce ne sont pas des animaux familiers, observons mais laissons les tranquille !

Bilan : pour moi un incontournable de Bali

Incontournable est peut-être un peu fort, mais avoir l’occasion de voir des singes en liberté, dans leur habitat naturel, est bien sympa. Nous avons assisté à de jolies scènes !

Après-midi dans le centre d’Ubud

Après cette grande balade matinale, il est temps de nous remplir l’estomac au restaurant Biah Biah pour environ 50K un plat + une boisson.

Pour digérer, nous reprenons la marche bien sûr : direction le Palace. Il est gratuit mais était en travaux.

Comme nous n’avions pas pris de dessert, nous avons décidé d’aller au Acaï Queen ! C’est mignon est plutôt bon : 52K le petit bowl. Sur le trajet pour rentrer à l’hôtel, nous passons au niveau du Starbucks. Il est à côté d’un temple où sont vendus des tickets pour un spectacle de danse traditionnelle (75K par personne).

Soirée spectacle au Pura Dalem!

Je n’avais pas vraiment prévu d’aller voir un spectacle de danse traditionnelle, mais je ne suis pas déçue d’y avoir assisté ! C’est dans le temple Pura Dalem à 19h30 que le show a lieu. Il dure 1h30 et pensez à récupérer le petit livret explicatif pour mieux suivre l’histoire !

Les costumes sont superbes et les danseurs sont hypers expressifs. Bon parfois à ne pas comprendre j’ai trouvé ça un peu long. En tous cas, je n’avais pas pris l’appareil photo, donc juste pris quelques photos au téléphone et profité de l’instant.

La soirée se poursuit au Biah Biah où nous retrouvons un Français rencontré à Nusa Penida. Le hasard fait que nous partageons une table avec d’autres Français, un bon moment d’échanges sur notre expérience à Bali.

Jour 11 : dernière journée à Ubud

Ce matin là, on se lève méga tôt pour aller se balader au Campuan Ridge afin d’éviter la chaleur et les touristes. Pour le trouver, nous avons longé la grande rue d’Ubud jusqu’à trouver une indication sur un panneau pour un café. De là, il faut passer une sorte de double pont en prenant bien à droite.

Le Campuan Ridge est prisé des sportifs du matin et des touristes. Nous avons également voulu faire la boucle dans les rizières après cette balade. Le hic, c’est que j’ai eu une vilaine pointe au cœur, donc retour à l’hôtel.

Au programme de cette journée, du repos et un repas du midi chez Biah Biah. Nous profitons comme chaque jour du goûter offert par l’hôtel ! Le soir, c’est repas au Lazy Cats. La décoration est vraiment chouette et la nourriture très bonne.

Jour 12 et 13 : direction Canggu pour la fin du séjour à Bali !

Arrêt à Tanah Lot avant d’atteindre Canggu

Je savais à peu près à quoi m’attendre, mais même à 8h30 le matin, il y avait déjà du monde. Sur le site à visiter, il n’y a pas pas que ce temple, seul sur son île.

Deux ou trois autres temples sont sur la côte. La balade est plutôt sympa, même si j’ai déjà le blues de la fin du voyage.

Le Calmtree Bungalow, ou comment finir en beauté !

C’est la bonne surprise de la fin du voyage ! J’avais complètement oublié ce que j’avais réservé. J’avais mis le paquet avec une villa avec piscine privée ! Nous prenons le repas dans notre salon, la cuisine est top. Dommage que le restaurant soit fermé le soir et le lendemain midi.

Canggu : le spot de street art de notre séjour à Bali

On va dire que j’ai entraperçu quelques œuvres, mais souvent en voiture. Canggu du coup, c’était Noël niveau street art et ça compense bien avec le côté hyper touristique.

Dans la rue principale qui mène à la plage

Notre hôtel est dans une petite rue perpendiculaire à Batu Bolong qui mène à la plage. En devanture de boutiques, les œuvres de street art sont plutôt nombreuses, c’est sympa à voir. Le must est au niveau du café Garden : toute une petite rue.

Autour de Allcaps Store

Cette boutique vend tout le matériel nécessaire pour les graffeurs. Les entrepôts aux alentours sont superbes à voir. Enfin à conjuguer au passé pour certains, car suite de nouveaux propriétaires n’ont pas aimé et en ont recouvert.

J’ai loupé de peu un graff de Seth que je voulais absolument voir… Mais dans la boutique, nous tombons sur un Français, le gérant, qui nous a indiqué où en trouver deux autres sur la plage : vraiment sympa ! J’aime beaucoup ses œuvres avec les enfants.

Sur la plage, côté cabanes de pêcheurs

Ni une ni deux, nous reprenons un grab pour aller à la plage. Il faut explorer un peu, et entrer dans certaines cabanes en ruines pour trouver de petites merveilles, dont les deux graffs de Seth.

Pas de fiesta pour nous, le voyage à Bali nous a crevées, alors on se contentera de manger pas loin de l’hôtel, chez Nonii. Pour finir, on se relaxe à la piscine, on profite du petit déjeuner et on file à l’aéroport !

Bilan de ces deux semaines à Bali

Je suis bien contente de l’itinéraire que nous avons choisi. En gros, du plus calme au plus touristique. Chaque lieu nous a fait rêver. Je ne compte plus nos « waouw » « qu’est ce que c’est beau » « c’est tellement joli », et puis les Balinais sont accueillants et Wayan une belle rencontre. A peine parties, nous parlions d’y retourner un jour.

Bilan Budget des deux semaines à Bali

Hôtels :

Sanur : le Yulia 1, une nuit à 400K pour 2 avec petit déjeuner soit 25€
Amed : Oasis Hotel, deux nuits avec petits déjeuners à 1 179 000 roupies soit 73€
Munduk : Rahayu Homestay, 990K les deux nuits avec petits déjeuners soit 61€.
Tegallalang : Villa Wedang, 60€ avec petit déjeuner à emporter
Ubud : Bucu View Resort, 3 nuits 3147K soit 195€ avec petits déjeuners
Canggu : Calmtree Bungalow, 1008K soit 62€ avec le petit déjeuner

Nusa Penida : environ 160€ par personne les 3 jours (bateau + hotel 2 nuits + chauffeur/guide avec voiture privée + repas + entrées sur les sites)

Restaurants :

Little Bird (Jl. Danau Tamblingan No.34, Sanur ): plat + jus de fruits chacune (132K pour 2)

Oasis Hôtel : 1er soir, chicken curry + eau (42K pour moi). Au total pour 3 repas + un jus pour le goûter nous en avons eu pour environ 175K par personne.

Villa Wedang : 2 repas + boisson : 160K par personne

Bucu View Hotel : j’ai pommé la note… mais c’était cher alors disons 100K par personne le repas.
Warung Lokal : 1 repas (plat + deux boissons + eau) 70K par personne

Warung Biah Biah : 3 repas (plat + boisson + taxes) 150K par personne.

Lazy Cats : j’ai perdu le ticket, tapas et cocktail

Calmtree Bungalow : 51K par personne Mee Goreng + jus de fruis et 29K par personne pour une boisson et une bouteille d’eau.

Nonii (Jl. Pantai Batu Bolong, Canggu) : deux repas et là encore j’ai perdu le ticket, mais à coup sûr dans le même ordre d’idées que les autres.

Visites :

Pura Lempuyang : 40K pour le trajet en camionnette AR et 10K pour la location d’une étole pour couvrir nos épaules, je ne connais pas le tarif pour un sarong. 10K pour les balinais qui ont pris les photos.

Tirta Gangga : entrée 30K (pensez à prendre maillots et serviettes si vous souhaitez profiter des piscines, par contre je ne connais pas le prix !)

Ulun Danu Beratan : entrée 50K

Rizières de Tegallalang : 25K par personne + 10K par personne à un checkpoint.

Mont Batur : guide 250K

Tirta Empul : 15K

Monkey Forest : 50k par personne

Spectacle de danse balinaise au Pura Dalem : 75K

Tanah Lot : 60K + 5K de parking

Transport avec Wayan : +62 812 3791 3188

Aéroport – Sanur : 350K
Sanur – Amed : 800K
Temples Pura Lempuyang et Tirta Gangga : 500K
Amed – Munduk : 900K
Cascades : 400K
Munduk – Tegalallang : 650K
Tegalallang – Mont Batur – Ubud : 600K
Ubud – temple – Canggu : 350K
Canggu – Aéroport : 250K

A Canggu, nous avons pris deux Grab (Uber de l’Asie).

Au total ce voyage a environ coûté 1700€ avec la journée d’escale et un aller-retour Toulouse Paris en train.

Vous avez aimé cet article ? Epinglez-le sur Pinterest !

Bali - deux semaines - Pinterest

6 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :